Chroniques d'une vie d'artiste : épisode 20


autodidacte maquilleuse mandala

Pour certains, c'est une fierté quand pour d'autres c'est une tare : être autodidacte, quel que soit le domaine, cela ne laisse jamais indifférent.


Aujourd'hui, lors d'un appel avec mon groupe de responsabilité (un nom pompeux pour désigner un groupe de personnes ultra inspirantes avec qui on se tire vers le haut en partageant nos différentes expériences business bien que nous ne soyons pas dans le même univers artistique) nous nous sommes rendus compte que nous avions en commun le fait d'être TOUS autodidactes.


Nous avons appris par nos propres moyens, beaucoup de nos erreurs également, et c'est ce qui fait notre expérience!

Clairement, quand on énonce qu'on est autodidacte, on s'attire les foudres des gens qui ont payé pour obtenir un diplôme ou suivre une formation.


Premier bémol : être autodidacte ne signifie pas ne pas suivre de formations, que nenni!


Pour ma part, je me forme beaucoup grâce à du contenu qui résonne avec mes problématiques du moment.

J'ai suivi des formations de :

  • prise de photo

  • maquillage (forcément 😊)

  • gestion de finances

  • storytelling

  • sur l'outil Notion

  • sur Pinterest

  • sur les newsletters

  • self-love

  • podcast (mais celle-ci fut un fiasco!)

  • journaling

  • création de contenus

Sur certains sujets, je n'ai pas besoin de creuser davantage alors que d'autres sujets me demandent plus d'efforts et m'intéressent au plus haut point.


Pour être tout à fait autodidacte dans tous les domaines de ma vie (perso et pro) je peux partager l'envers du décor et détricoter certaines croyances.


Les avantages d'être autodidacte


Il n'est pas question de clivage entre "autodidacte" et "diplômé".

Avant toute chose, il s'agit d'un état d'esprit. Pour certains, le fait d'avoir un diplôme est une façon comme une autre d'assoir leur expertise et de se sentir légitime (une phrase qui revient souvent). C'est rassurant.


Pour d'autres, dont je fais partie, avoir un diplôme ne représente rien de plus qu'un morceau de papier sans grande importance.

Je connais des maquilleuses très douées n'ayant aucun diplôme et n'ayant pas fait d'école de maquillage, et à l'inverse des maquilleuses médiocres pourtant sorties d'écoles prestigieuses.

Bien entendu, il existe aussi des maquilleuses autodidactes pourries et des maquilleuses diplômées fantastiques!


Choisir d'être autodidacte est une prise de position, c'est ne pas avoir envie d'être formaté.e, avoir envie de faire ses propres expériences, se sentir libre de tenter à sa guise des choses non conventionnelles.


Voici quelques avantages à cette situation :

  • ne pas se limiter

  • tout semble possible

  • essayer beaucoup et se tromper, donc recommencer sans faire les mêmes erreurs

  • réfléchir autrement : on sait ce qu'on veut faire mais on ne sait pas comment le faire, c'est typiquement ce qui fait déplacer des montagnes!

  • garder une fraîcheur et une curiosité à toute épreuve, deux qualités au service d'une vie d'artiste!

  • pouvoir se lancer sur le terrain en même temps qu'on expérimente, sans attendre la fin d'un cursus d'études

  • avoir moins d'attentes et donc pouvoir les réaliser plus facilement que lorsqu'elles semblent inatteignables


Pour avoir été professeur de bodypainting dans une école de maquillage, j'ai compris la pression que se mettaient les élèves et tout ce qu'on leur mettait dans le crâne : trop d'appelé.e.s et peu d'élu.e.s, pas possible de vivre de cette activité à plein temps, impossible de faire carrière en ne résidant pas à Paris (ou région parisienne), inutile d'espérer faire assez d'argent en maquillant des enfants... j'en passe et des meilleures!



Les inconvénients d'être autodidacte

Tout n'est pas tout rose dans une vie d'autodidacte et ce qui revient le plus souvent, c'est qu'il est parfois difficile d'être crédible quand on n'a ni expérience ni diplôme.


C'est là qu'intervient la confiance en soi et en ses services/produits, mais ça... c'est un autre sujet!


Voici quelques inconvénients :

  • cela demande plus de temps

  • cela demande plus d'efforts

  • on peut se sentir moins légitime

  • on peut avoir du mal à convaincre les clients de faire appel à nos services

  • on peut avoir des difficultés à se positionner en terme de prix

  • on peut se rabaisser par rapport à quelqu'un qui a un diplôme dans notre domaine d'activité, à compétences égales

Il y a évidemment un moyen de contourner ces inconvénients et cela tient en un seul mot : expérience!


L'expérience, reine des autodidactes

Plus on va pratiquer, plus on va se frotter aux clients, plus on va essayer des choses nouvelles et plus on acquiert de l'expérience.

Cette expérience, c'est ce qui fera toujours la différence en fin de compte : actuellement, si je devais embaucher (ce qui finalement ne devrait pas tarder!) je vais me tourner vers quelqu'un qui a de l'expérience. Le diplôme ne m'intéresse absolument pas, le cursus non plus.

Par contre, le vécu et les valeurs de cette personne sont primordiales pour ce recrutement.


Etre autodidacte et rester dans son coin en pensant être le.la meilleur.e, c'est tout aussi inefficace que d'être sur-diplômé en n'ayant aucune expérience et en pensant être aussi le.la meilleur.e.

Aucun de ces deux cas de figures n'est intéressant.


Ce qui est intéressant, c'est de rester en mouvement :

  • avoir envie de se perfectionner

  • peaufiner nos soft skills

  • tester de nouvelles idées

  • changer d'habitudes dans notre façon de faire notre métier

  • emprunter des idées à d'autres métiers

Tu l'as bien compris, la meilleure façon de s'y prendre c'est la tienne!

Si toi tu as besoin d'avoir un diplôme pour te sentir à l'aise, alors fonce!

Si toi tu n'as pas envie d'être formaté dans une école et dans un certain système de pensées, alors fonce!


Je suis curieuse : tu es autodidacte ou diplômé?

Et, question subsidiaire, pratiques-tu une activité professionnelle en rapport avec ton.tes diplôme.s?









Posts récents

Voir tout