S'auto-maquiller : l'art de prendre son temps sans se prendre la tête!

Mis à jour : juin 28


Bonjour à toi!


Si tu suis mes aventures artistiques, c'est que tu es potentiellement intéressé par le face&bodypainting, et que tu es peut-être toi-même artiste.

Si tel est le cas, t'arrive-t'il de t'auto maquiller?

Que ce soit pour travailler lors de tes prestations, mais aussi chez toi, à la cool, en prenant le temps de réaliser un maquillage que tu ne peux absolument pas réaliser en prestation.


Autant je pars rarement sans être maquillée en prestation, autant j'ai découvert le plaisir de m'auto-maquiller longuement, sans pression autre que le résultat et la photo finale (que j'imagine toujours à la hauteur de mes espérances, bien entendu).


Etape après étape, voici comment je travaille sur mon buste

Je te rassure : je me rappelle très bien le tout premier essai sur moi, avec la main qui tremble, incapable de tracer un trait fin et droit. Je me disais que je n'y arriverai JAMAIS, que les autres étaient trop forts, et que je n'étais pas assez douée.


Et puis, à force de persévérer, j'ai décidé de m'entraîner, et d'essayer de ne plus trembler.

Petit à petit, j'ai pris de l'assurance, de la confiance et ma pratique a fini par payer.

Aujourd'hui, je rencontre encore une dernière difficulté : réussir à être l'aise quand je peins mon épaule droite avec la main gauche (je suis droitière), et je trouve que je réussis déjà à m'en sortir pas trop mal!


Comme d'habitude, je te livre mon analyse basée sur mon expérience, ni moins bonne ni meilleure que la tienne. Nous avons chacun nos façons de procéder, et si tu retires une idée de cet article, ce sera toujours ça de gagné!


1. Avoir du temps

Cela peut te sembler un peu bête, mais le facteur "temps" est très important dans la réalisation d'un auto-maquillage. Pouvoir effacer tes tracés s'ils sont trop aléatoires sans te mettre la pression car tu sais que le temps court, c'est vraiment essentiel et tu pourras ainsi travailler avec calme et sérénité.

Le temps est aussi à prendre en compte pour la réalisation des visuels : pour ma part, je m'auto-peint et je m'auto-photographie (c'est une franche rigolade), et comme je suis assez novice en photo et ne dispose pas d'un studio, je suis très vigilante quant à l'éclairage et à la luminosité naturelle.

Je t'avoue que c'est franchement pénible car je renonce parfois à me maquiller à cause de l'heure estimée de fin de mon travail et de la mauvaise luminosité à ce moment là.

Selon les saisons, je sais à quelle heure je dois terminer, et j'avise de l'heure à laquelle je peux commencer.


Avoir le temps, c'est aussi se fixer un temps limite. Parfois, sur un petit projet, j'estime qu'il est préférable de maquiller une heure que pas du tout, et je fais très attention à respecter le timing. Le temps est un composant trop précieux pour le gâcher!


2. Avoir une idée en tête

Se lancer sans idée, c'est à double tranchant et cela va aussi dépendre de la personnalité de chaque artiste. J'apprécie de laisser libre cours à mon imagination, mais j'ai toujours une liste de thèmes sous la main pour piocher dedans en cas d'absence d'idées.

Tout comme le temps, avoir une idée permet de ne pas partir dans tous les sens et de savoir si je peux réaliser ce visuel dans le timing.

Cette idée doit correspondre à tes besoins ; le visuel qui va rester de cette séance doit servir tes intérêts, ne le perdons pas de vue!


A toi de décider à quoi cela va te servir :


* pratiquer sans te soucier du résultat

* montrer ce que tu sais faire

* alimenter tes réseaux sociaux (auquel cas tu as besoin de savoir quelles sont les couleurs à utiliser, comment et quand publier...)

* alimenter ton book si tu es au début de ta carrière

* créer des visuels pour un article

* travailler en collaboration avec d'autres artistes et réaliser des visuels sur le même thème avec ta propre interprétation


Ton "pourquoi" doit être clair pour être efficace.



3. Préparer ta peau

Selon la zone que tu prévois de peindre, il ne faut pas appliquer de crème pour que le maquillage puisse tenir.

Par flemme, je fais souvent coïncider les jours où je me peins avec mes jours de shampoing... ça peut surprendre, mais comme je déborde facilement sur les cheveux ou la nuque pour éviter qu'on ne voit une grosse zone de peau non peinte, je préfère avoir les cheveux sales afin de me prévoir une longue douche délassante après le maquillage.


Quand je sais que je vais me peindre les cuisses, je n'applique pas mon monoï quotidien par exemple!

C'est une considération très féminine de savoir ce qu'on va faire de son corps pendant la journée pour appliquer ou non les soins habituels.

Je préfère me poser ces questions en amont et planifier mes sessions maquillage que de me retrouver un peu coincée car j'ai appliqué mes crèmes et que le maquillage ne va pas du tout tenir dessus.


4. Préparer tout ton matériel

J'ai bien dis TOUT ton matériel, oui oui, même le fond qui va servir pour prendre la photo, même un verre d'eau et de quoi grignoter pendant ta séance, même une émission radio ou un film pour le fond sonore, même ton kit main libre pour recevoir des appels pendant que tu te maquilles... TOUT!

Rien n'est plus frustrant que de cavaler après chaque accessoire, perdre du temps à te faire à manger, ne plus pouvoir lever les bras alors que tu dois installer ton fond pour la photo... tu trouves que ça sent le vécu? Bien sûr! J'ai fait toutes ces erreurs, et il m'arrive encore de me faire avoir!


J'ai plusieurs types de contenants, du plus petit au plus grand, et j'apprécie de savoir avec quel matériel je vais travailler pour ne pas surcharger ma table.

Sachant que ce sera déjà suffisamment le bazar à la fin de la séance, je n'ai pas besoin d'en rajouter inutilement!

Alors je fais un point sur les couleurs que je vais utiliser, idem si besoin de paillettes ou de pochoirs, je tries en amont et me prépare tout sur la table sans avoir besoin de m'interrompre pour fouiller dans mes affaires.



5. S'entraîner et être reconnaissant de ce temps que tu accordes à ta pratique

Peut-être que tu vas être déçu du résultat.

Peut-être que cela ne va pas super bien se passer.

Peut-être même que tu vas t'énerver ou t'arrêter en cours de création.


Il est vrai que ce n'est pas simple et que, derrière la vie parfaite qu'on nous montre sur les différents réseaux sociaux, il y a son lot d'erreurs, d'échecs et de ratages.

C'est en ratant que tu apprends.

C'est en pratiquant que tu peaufines ta technique.

C'est en te trompant que tu sais mieux comment t'y prendre la prochaine fois.

C'est en réussissant que tu mesureras le chemin parcouru.


Alors si je peux te délivrer un conseil très sincère, c'est de ne JAMAIS baisser les bras.

Tu peux changer, tu peux faire évoluer ta pratique, tu peux envisager d'autres angles d'attaque, mais vraiment ... ne t'arrêtes pas aux premières difficultés que tu vas croiser en t'auto-maquillant.



Derrière chaque artiste que tu admires et que tu prends en exemple se cachent des heures de pratique, des crises de larmes de désespoir, des sauts de joie, des phases de doutes si intenses qu'on veut tout arrêter, des moments de plénitude où rien ne semble nous stopper, des interrogations existentielles, des certitudes inexplicables... mais ça, tu ne le vois pas sur les photos retouchées et lissées qui te sont présentées.

Ne le perds pas de vue.

Et n'abandonnes pas.


Un thème sur lequel je n'étais pas à l'aise

6. Une bonne photo, tu prendras

Ton auto-maquillage est terminé, il te reste quasiment le plus dur à faire : immortaliser!

Sans visuel, nous ne sommes rien, c'est la seule trace qui restera après ta session démaquillage, alors il ne faut pas te rater.

J'ai la chance d'avoir bénéficié des conseils de mon amie photographe HLO-photography afin de m'équiper d'un boîtier et de deux objectifs.

Elle m'a aiguillé dans la prise de vue et les retouches élémentaires, puis j'ai appris à me débrouiller toute seule.


Je n'ai pas de télécommande pour mon appareil, et pas d'écran sur le coté pour pré-visualiser.

Je prends mes marques et ensuite j'appuies sur le déclencheur avec un long tournevis, en ayant activé le retardateur. C'est complètement folklorique et épique, mais je m'en sors malgré tout.

A toi de trouver la bonne façon de fonctionner. Idéalement , je te conseille de travailler avec un appareil photo pour un rendu de meilleure qualité.


Un collier d'oiseaux pour lequel j'ai passé un certain temps à essayer d'avoir LA photo que j'avais en tête!

Cette photo te servira à garder une trace de ta pratique, que tu la publies ou non?

Elle te servira de comparateur tout au long de ton cheminement artistique, et t'aidera à mesurer tes progrès. C'est le plus beau cadeau que tu puisses t'offrir, et personne n'est mieux placé que TOI pour savoir d'où tu pars et où tu en es actuellement.


7. Travailler à l'envers

Quand tu maquilles ton buste et ton visage tu te trouves en effet à l'envers par rapport au miroir.

Je te livre une anecdote très imagée : lors de l'avant dernière coupe du monde de football, j'avais décidé de me faire un maquillage bleu-blanc-rouge dans un esprit festif.


Rouge-blanc-bleu j'ai oublié d'inverser les couleurs!

Sans trop réfléchir, je me suis lancée, sûre de moi face au miroir... et puis il a fallu me rendre à l'évidence : en étant à l'envers, je voyais bleu-blanc-rouge dans le miroir, mais les gens qui me croisaient voyaient, eux, rouge-blanc-bleu.

Je n'avais pas inversé les couleurs en les appliquant sur mon visage! J'en fus quitte pour un bon fou rire, et la coupe du monde suivante, j'ai opté pour un stratagème que je te vais te confier.



bleu-blanc-rouge on est bon cette fois!

Pour ne pas m'embrouiller le cerveau, j'ai tracé trois traces bleu-blanc-rouge sur ma main gauche. Quand j'ai eu un doute dans l'organisation et le placement des couleurs sur mon buste, j'ai regardé ma main gauche dans le miroir et j'ai appliqué les couleurs telles que je savais être dans le bon ordre.

Au lieu de placer le bleu au mauvais endroit, j'ai ainsi réussi à obtenir ce que je voulais!Je l'aurai naturellement placé sur mon épaule gauche face au miroir, et grâce aux traits sur ma main, je me suis rendue compte qu'il fallait que je le place du côté droit!

Les gens avaient sous les yeux les bonnes couleurs en me croisant, je ne m'étais pas trompée à nouveau, soulagement!




8. Et tu recommenceras!

Avec un peu de chance (et beaucoup de pratique) tu vas prendre goût à cet exercice.

S'auto-maquiller est presque un luxe dans une société où prendre le temps est devenu précieux et rare. En t'auto-maquillant, tu vas aussi apprendre à te connaitre, savoir les placements de design qui sont le plus flatteur sur ton visage/buste/bras/main/cuisse, utiliser les couleurs qui s'accordent le mieux avec ta carnation, savoir quel angle de prise de vue sera le plus harmonieux... c'est une thérapie par l'image, en accéléré!


A mes débuts, j'étais presque mal à l'aise avec l'idée de m'auto-peindre : j'avais peur que ce soit interprété comme quelque chose de très égocentrique et narcissique.

Et puis, à force de maquiller les autres, je me suis dis que j'avais aussi droit de me parer de belles couleurs, de faire un design qui me plaisait sur moi, et que finalement... l'avis des autres m'importe autant que le temps qu'il fera demain.


J'ai arrêté de penser aux regards des autres, et je me suis tournée vers mon propre regard. J'ai parfois eu du mal à me trouver jolie sur les photos (encore aujourd'hui) il y a eu des fois où je n'étais pas en accord avec ce que je faisais et ce que j'avais envie que cela rende.


Et puis, privilège de l'âge (je vais fêter mes 40 ans en mai 2020) j'ai appris que personne d'autre que moi ne peut m'aimer autant que moi. Et j'ai décidé d'arrêter d'être dure dans mes critiques physiques. Je me suis mise à me traiter avec bienveillance, et je te souhaite d'arriver à la même conclusion.


S'aimer telle que l'on est : le grand défi!

Voilà! Tu sais comment je m'y prends pour m'auto-maquiller, je t'ai donné mes astuces, conseils et réflexions pour t'aider dans cette voie si tu décides de t'y essayer.

J'ai hâte de voir tes prochaines réalisations!

N'hésites pas à me les envoyer en message sur les réseaux sociaux ou par e-mail, c'est toujours un plaisir de voir ton travail!


A la semaine prochaine, pour un tout nouvel article.