J'ai visité les ateliers de 3 merveilleuses artistes



Au temps des médias sociaux, j'ai décidé de passer de l'autre côté de l'écran et d'aller à la rencontre de trois femmes artistes.


Trois univers différents, trois énergies de création différentes, trois lieux inspirants que je vous fais découvrir pour la beauté de l'art.


Se nourrir et s'inspirer de ce qui nous entoure, quitte à faire plusieurs centaines de kilomètres pour faire le plein de bonnes idées et de créativité, voici le projet du jour!


 

1- Julie Espiau, sculptures céramiques contemporaines


Chez Julie Espiau, on sculpte de bien des façons.


Son atelier actuel est clair et lumineux et le prochain (encore en construction mais bientôt fini) s'annonce tout autant chargé de lumière naturelle.

Entre pins et embruns, Julie façonne, sculpte et travaille sur un sujet passionnant : le corps des femmes qu'elle sublime tout en courbes, vides, pleins et déliés.


Toujours un projet en cours, une exposition à terminer, une cuisson qui commence, une esquisse qui prend forme... Julie laisse ses mains parler et j'écoute les mots qui ne sont pas dits.


Elle m'emmène voir le coucher du soleil sur la plage où elle prend ses sculptures en photo.

L'océan fait intégralement partie de son

énergie créative, qu'on se le dise.


2- Natacha Birds, les fleurs comme les corps qui dansent


Chez Natacha Birds, la rencontre se fait à la volée. Elle est là au moment où je pousse la porte de sa boutique.café.atelier.

Une volée de marches plus bas, on parle à bâtons rompus de vie d'artiste, d'état de flow, de vie de famille, de nos différents statuts entrepreneuriaux, de ses projets artistiques à venir...


L'atelier de céramique/poterie jouxte celui dans lequel elle peint.


Elle s'excuse du bazar et c'est exactement ce que j'aime : le bazar créatif.


Les palettes colorées, les femmes-fleurs, les esquisses jetées pêle-mêle, les vêtements roulés en boule, les crayons prêts à servir...

Discrète, elle s'éclipse le temps que je prenne en photo son environnement si charmant... une femme-fleur dans toute sa splendeur.




3- Amylee, la peinture comme une respiration


Chez Amylee, on parle beaucoup et on rit encore plus! Je viens l'interviewer pour mon podcast et je tombe sous le charme de son univers si coloré, si gai, si énergique.


Au milieu des volcans, elle me parle de bains de forêt, du côté impressionniste qu'on retrouve chez certains compositeurs, des herbes folles qu'on laisse pousser dans les jardins anglais, de l'art du Kintsugi, de Marie-Antoinette et des NFT.

C'est un véritable tourbillon de vitalité qui m'entraîne d'un sujet à l'autre!


Son atelier est joliment ordonné, elle n'a eu le temps de se maquiller qu'un seul oeil car elle était occupée, son pull est assorti au mien et ça nous fait rire... les crayons, les pinceaux, les palettes, les tableaux, j'ai envie de tout voir, de tout toucher, de laisser aller mes doigts sur les craquelures de la peinture...



 

Chacune de ses trois femmes m'a touché, m'a inspiré, m'a motivé.


A la force du poignet, avec pinceaux et mirettes à la main, elles ont construit un univers à leur image : unique, discret, chatoyant, vertigineux, coloré... chacune poursuit le chemin de ses rêves sans se soucier d'autres choses que de créer.


Prendre le temps de les rencontrer, en VRAI, quelques instants loin des écrans.


Voler ces minutes au dieu Instagram et n'en garder qu'une photo et tellement de souvenirs, voilà qui vaut tant et plus que des stories en pagaille, des reels savamment orchestrés ou des posts qu'on voit à peine passer.


Chaque jour, je choisis d'accorder un peu de mon temps à la découverte d'artistes en-dehors des médias sociaux, et je me dis... ce n'est qu'un début!



57 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout